1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Vue : 16 946

Plus de 180 ans de créations, voici l’histoire exceptionnelle d’une grande maison : la roseraie Guillot.
Parmi tous les créateurs ayant consacré leur vie et leurs talents à la rose, seule la famille Guillot peut se féliciter d’avoir engendré six générations de rosiéristes dont les talents divers ont permis l’établissement d’une tradition remontant au début du XIXème siècle.

À l’origine…

Jean-Baptiste Guillot, dit Guillot Père, naquit le 10 décembre 1803 à Grenoble, se maria le 21 août 1825 à Voreppe avec Jeanne-Marie PIOLLET et s’installa à Lyon, dans le quartier de la Guillotière en 1829.

Après des débuts en polyculture, il fut le premier, dès 1834, à consacrer son activité à la création et à la vente de roses. C’est lui qui lança la grande tradition lyonnaise de la culture de la rose, détrônant ainsi la région parisienne qui avait su profiter de la bienveillance de l’impératrice Joséphine. L’établissement situé au 238, route de Grenoble prit le nom évocateur de « La Terre des Roses ».

L'histoire de la Roseraie Guillot, roseraie familiale depuis 1829
L’histoire de la Roseraie Guillot, roseraie familiale depuis 1829

 

La première création de Guillot Père fut un hybride de bourbon baptisé « Lamartine » édité en 1842. Les années suivantes les créations de roses se succédèrent jusqu’à atteindre le nombre remarquable de quatre-vingt-une variétés.

Parmi celles-ci, on retrouve les plus belles roses anciennes actuellement commercialisées. Citons : Mme Bravy, Comtesse d’Oxford, Baron J.B. Gonella, Pavillon de Prégny

Jean-Baptiste Guillot mourut le 18 avril 1882 à Lyon.

 

 

La reconnaissance mondiale pour la roseraie familiale

Histoire de la roseraie Guillot, une roseraie familiale depuis 1829
Histoire de la roseraie Guillot, une roseraie familiale depuis 1829

 

 

Son fils, Jean-Baptiste André dit Guillot Fils naquit le 9 décembre 1827 à Grenoble, bien entendu. Il accompagna son père lors de son installation à Lyon. Dès l’âge de quatorze ans, ils joignirent leurs efforts pour faire prospérer la roseraie familiale.

C’est en 1849 que Guillot Fils inventa le procédé qui suffira à lui assurer la reconnaissance des rosiéristes du monde entier à savoir : la greffe par écusson sur collet de semis d’églantier.

 

 

 

 

1867: naissance du premier rosier hybride « La France »

Rosier La France
Rosier La France, le 1er rosier hybride créé.

En 1850, Guillot Fils épouse Catherine Berton, héritière d’une longue lignée de cinq générations de jardiniers installés à la Guillotière depuis 1690. En 1852, il quitte son père et crée sa propre entreprise de roses au 27, chemin des Pins à Lyon-Monplaisir. C’est là qu’il va créer soixante-neuf variétés de roses dont certaines vont révolutionner le monde de la rose. En 1867 apparaîtra le premier hybride de thé « La France » et en 1875 le premier polyantha « Ma Pâquerette ».
Ces variétés de roses sont mondialement connues mais il serait dommage de ne pas citer des variétés comme : Catherine Mermet, Etoile de Lyon, Madame de Watteville, Horace Vernet ou encore Madame Falcot qui enchantent toujours les collectionneurs de roses et les amateurs.

16 variétés vendues par Guillot et fils

rosier gloire lyonnaise
Rosier Gloire lyonnaise, une variété créée et vendue par Guillot et Fils

Dès 1884, Jean-Baptiste associa son fils Pierre à la gestion de la roseraie. Ensemble ils éditèrent seize variétés mises en commerce sous le nom de « Guillot et Fils », parmi lesquelles : Gloire Lyonnaise et Madame Laurette de Messimy.
Jean-Baptiste décède à Lyon le 6 septembre 1893 en laissant une entreprise florissante mais aussi une réputation à assumer.

Pierre Guillot naquit à Lyon le 13 novembre 1855 et après des études générales assez poussées, il prit la direction des roseraies en 1892.

Si Pierre n’édita que peu d’obtentions, c’est sans doute que la concurrence devenait rude et qu’il était nécessaire de ne commercialiser que des variétés de qualité supérieure. Mais c’est surtout parce qu’on peut le considérer comme le « théoricien » de la famille.

La réputation de Pierre Guillot

On lui doit un certain nombre de rapports concernant les roses qu’il présenta au cours de nombreux congrès nationaux et internationaux. Il fit partie de plusieurs sociétés savantes, participa à de nombreux jurys, correspondit avec de nombreux rosiéristes étrangers et sa réputation le fit inviter à de nombreuses manifestations dédiées à la rose.
Il fut nommé Chevalier de la Légion d’Honneur en 1913. Parmi les quarante et une obtentions de Pierre, certaines comme Comtesse du Cayla ou Madame Léon Pain sont encore cultivées aujourd’hui et connaissent d’ailleurs un nouvel engouement.

Souvenir de Pierre Guillot

Le 2 septembre, Pierre épousa Marie-Louise Compagnon dont il eut trois enfants : Hélène, Marguerite et Marc. Il mourut le 23 septembre 1918 à Lyon et c’est sa femme Marie-Louise qui assura le maintien de l’entreprise familiale jusqu’à ce que Marc puisse prendre la succession.
Marc naquit le 31 juillet 1899 à Lyon et prit la tête des roseraies en 1926 à la mort de sa mère. Il dut faire face à  de nombreuses difficultés : expropriation du chemin des Pins pour cause d’extension urbaine de la ville de Lyon, installation des pépinières à Saint Priest, concurrence accrue, seconde guerre mondiale.

Avec l’aide de Juliette Granjon, sa femme, il assura la tradition familiale et édita quelques variétés dont les plus connues restent Comtesse de Cassagne et Souvenir de Pierre Guillot. Malheureusement son décès prématuré survenu en 1953 l’empêcha de poursuivre son œuvre et il laissa quatre fils orphelins dont l’aîné n’avait que 10 ans.

 

La remise en valeur des roses anciennes et la création de variétés nouvelles

C’est à la femme de Marc, Juliette, que reviendra le rôle de « régente » qu’elle assumera avec courage et succès jusqu’en 1972. C’est ainsi que Jean-Pierre Guillot reprit le flambeau de l’entreprise familiale et développa la politique de l’entreprise autour de deux axes majeurs : la remise en valeur des roses anciennes et la création de variétés nouvelles.

  • La remise en valeur des roses anciennes

Avec un patrimoine incomparable de plus de 650 variétés de roses, toutes cultivées sur l’exploitation Guillot et représentant toutes les classes de rosiers, la Roseraie Guillot est sans nul doute la plus apte à parler des rosiers anciens. Il était impensable de ne pas valoriser cet héritage.

Après des années de recherches dans les roseraies de collection telles que celles de l’Haye les Roses, de Lyon ou de Bagatelle, la roseraie Guillot réunit l’ensemble des variétés « Maison » encore existantes, complète ce florilège en choisissant les meilleures variétés de roses obtenues depuis le XVIIème siècle et en 1990 propose aux amateurs une première liste de 160 variétés.
L’année suivante verra la parution du premier catalogue illustré, entièrement consacré aux roses anciennes.
Les recherches se poursuivent et les prochaines années verront sans doute de nouveaux trésors exhumés de leur oubli enrichir les collections des amateurs éclairés, de plus en plus nombreux.

  • La création de variétés nouvelles : les Générosa®

Rosier generosa parfumé Chantal Thomass, rosier buisson petites roses
Rosier Generosa Chantal Thomass. Les Générosa sont les nouvelles créations Guillot.

Dans le domaine des variétés nouvelles de roses, il était inconcevable de ne pas continuer le travail de création entrepris par les Guillot dès 1840. C’est ainsi que Jean-Pierre Guillot a créé de nouvelles roses alliant le charme et la diversité des roses anciennes aux qualités des roses modernes. Ces nouvelles variétés sont regroupées sous le nom de « Rosa Générosa ».
Sonia Rykiel, Paul Bocuse, Ladurée ou Chantal Thomass sont un parfait exemple de ce nouveau type de roses.

La pérennité de la roseraie avec Olivier Mathis

 

En 2011, Jean-Pierre Guillot souhaitait céder son entreprise en toute confiance à un professionnel du métier dans le but d’en assurer la pérennité.

C’est donc Olivier Mathis qui apporte désormais son expérience à l’entreprise de roses, en qualité d’entrepreneur sur le marché du Végétal. Il a tout d’abord repris et dirigé les Pépinières Mathis, entreprise familiale de production située dans le Nord. Très impliqué dans la FNPHP (Fédération nationale des Professionnels de l’Horticulture et du Paysage) à cette époque, il fut le Président des Producteurs du Nord durant plusieurs années. Puis, il créa et dirigea une jardinerie près de Lille qui se développa grâce à l’enseigne Botanic, avant de rejoindre le groupe Delbard à la direction des achats végétaux.

En 2009, Olivier Mathis reprit la société Verdia qui anime la marque DECOROSIERS®. En reprenant la Roseraie Guillot, il a ainsi renforcé son positionnement sur le marché des rosiers de jardins, en développant une gamme existante et complémentaire de rosiers à grosses fleurs parfumées.

Aujourd’hui, la roseraie Guillot est spécialiste dans la vente de rosiers mais aussi la création de rosiers. Acheter un rosier de la marque Guillot est devenu une valeur sûre pour le jardinier amateur et passionné.

De nouvelles obtentions de roses

Comme d’autres entreprises, la Roseraie Guillot a mis en place une organisation permettant d’optimiser le processus long et délicat d’obtention :

  1. Hybridations, semis, premières années de sélection dans la région lyonnaise qui bénéficie des conditions climatiques optimales pour ces opérations (longue période favorable aux hybridations et mûrissement parfait des fruits).
  2. Greffage, test en culture et multiplication à Chamagnieu dans une région dont les qualités des terrains et du climat ne sont plus à démontrer.

Les plans d’hybridation soigneusement élaborés visent les objectifs suivants :

  1. Échapper au carcan des standards actuels en retrouvant la variabilité des formes, des ports, des feuillages qui caractérisent les roses anciennes.
  2. Renforcer et diversifier le caractère « parfum » : la rose possède en effet la particularité peu courante de développer de nombreux parfums. La violette, la pomme, la banane, le muguet… tout un monde olfactif à explorer et tenter d’apprivoiser.

 

 

 


Èdité par : Roseraie Guillot
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Vue : 16 946
8 commentaires
Commentaires
  1. Nous avons visité le jardin Bonne Maison elle nous a bien parlé de votre maison !nous aimerions avoir votre catalogue notre adresse 750 route de montelimar 07200 saint Didier sous Aubenas merci

    (Répondre)
  2. Bonjour,
    Je suis à la recherche d’un rosier
    EDDY MITCHELL
    J’adore les rosiers !!!
    Merci d’avance de m’adresser votre catalogue

    (Répondre)
    1. Bonjour,

      Le rosier Eddy Mitchell® n’est disponible uniquement qu’en racines nues. En ce moment, nous ne vendons que des rosiers en conteneur. La prochaine saison de racines nues débutera en Octobre 2016. Pour recevoir notre catalogue, vous pouvez effectuer une demande en ligne à l’adresse suivante : http://www.roses-guillot.com/demander-le-catalogue

      Merci pour l’intérêt que vous portez à nos rosiers.
      L’équipe Guillot

      (Répondre)
  3. Bonjour,

    je suis en quête du rosier BETTY BOOP. Pouvez-vous le fournir ou ‘indiquer où le trouver ? ma demande est urgente. je souhaite l’avoir pour lundi 3 juillet.
    je vous remercie bien vivement de votre retour.
    Cordialement,

    (Répondre)
    1. Bonjour,
      nous ne vendons pas ce rosier et je n’ai pas l’information sur les vendeurs de cette variété.
      La saison de vente des rosiers en conteneur touche à sa fin pour l’ensemble de la profession et il va bien être bien compliqué d’en trouver malheureusement.
      J’ai effectué quelques recherches toutes infructueuses.
      Cordialement
      L’équipe Guillot

      (Répondre)
Laisser un commentaire