1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Vue : 2 412

C’est le moment idéal pour planter vos rosiers en conteneur dans le jardin. Si vous prenez le temps d’installer votre rosier à l’endroit qui lui convient le mieux, vous profiterez d’une plante qui vous offrira les meilleurs résultats ! Suivez nos conseils.

Les rosiers en conteneur ont besoin de lumière, d’air, d’espace et d’un peu de nourriture pour s’épanouir correctement. Si vous suivez ces quelques règles de base, vous éliminerez un bon nombre de problèmes.

Rosiers en conteneur bien placés, rosiers en bonne santé !
Rosier en exposition mi-ombre sur une arche.

 DE LA LUMIÈRE POUR LES ROSIERS

Ils ont besoin d’ensoleillement mais ne les installez pas dans les situations extrêmes : un rosier planté contre un mur blanc plein sud risque de souffrir de cette situation trop chaude et trop sèche. Résultat : vos rosiers peuvent être touchés par l’oïdium, un champignon qui prend la forme d’une pellicule blanche qui recouvre les feuilles et les bourgeons.

 

PAS TROP D’OMBRE

A l’inverse, si votre rosier est trop à l’ombre, il risque de souffrir de l’humidité ambiant, le terrain de jeu privilégié des champignons.
La mi-ombre peut convenir avec un minimum de 4 heures d’ensoleillement par jour et avec des variétés adaptées telles ‘Mme Alfred Carrière’, ‘Albéric Barbier’.

 

DE L’AIR POUR VOS ROSIERS en conteneur

Les rosiers en conteneur détestent les situations trop confinées. Toujours pour les même raisons : elles sont propices au développement des maladies cryptogamiques. Il est donc important de laisser de l’espace entre les plantes en tenant compte de leur développement futur. C’est souvent cette erreur qui est commise au moment de la plantation : on ne tient pas assez compte de l’encombrement des plantes à l’âge adulte. Si c’est le cas, il faudra transplanter vos plantes pour faire de l’air !

On dit souvent qu’un rosier buisson doit avoir la forme d’une main ouverte, les branches comme les doigts écartés. Tout ce qui se croise et empêche le cœur du rosier de respirer doit être supprimé.

Pour un rosier grimpant, éloignez-le du mur de 40cm environ. Le treillis que vous avez prévu contre le mur pour accrocher les branches charpentières doit lui aussi être éloigné du mur de quelques centimètres à l’aide de tasseaux, pour permettre à l’air de circuler.

PAS TROP D’ENGRAIS AZOTÉ

Expérience vécue par bon nombre de jardiniers ! La tentation de mettre un engrais coup de pouce pour faciliter la croissance du rosier, mais l’engrais n’est pas adapté : il est trop azoté. Résultat : votre rosier produit de jolies jeunes pousses tendres vert clair, mais également très sucrées, le festin des pucerons ! Il est donc important d’utiliser un engrais naturel riche en potasse et sans excès. Car, c’est vrai, l’engrais promet une floraison foisonnante.

DES ROSIERS SANS ÉPINES SUR LES ZONES DE PASSAGE

Si vous prévoyez d’installer un rosier sur une zone de passage, ou si vous avez des enfants, optez pour des variétés peu épineuses : rosier grimpant ou arbustif ‘Zéphirine Drouhin’, rosier grimpant ou arbustif ‘Veilchenblau’, le rosier grimpant ‘Maria Lisa’, les rosiers anciens ‘Mrs John Laing’ et ‘Yvonne Rabier’.

PRENDRE LE TEMPS DE LA PLANTATION

Ne négligez pas le temps de la plantation. C’est la base de développement de vos rosiers en conteneur. Préparez bien le terrain : il doit être meuble pour aider les racines à s’installer. Il faut supprimer les cailloux. Préparez bien votre trou de plantation (40x40cm) et votre mélange de terre (un mélange de terre de jardin et de terreau avec un peu d’engrais à libération lente de type corne broyée).

UN SUPPORT SOLIDE

Le mur de la maison ou d’un bâtiment peut être un solide support au regard de votre rosier grimpant ou liane. Vérifiez bien sa taille adulte, notamment pour le rosier liane, car certains comme ‘Bobbie James’ ont un tel développement (9m) qu’ils risquent aussi d’aller s’épanouir chez le voisin !

Si vous envisagez de faire pousser votre rosier liane le long d’un arbre, assurez vous que celui-ci est bien solide ! Evitez les arbres morts : pour avoir testé (et je ne suis pas la seule), il finit toujours par s’écrouler !

 

Bon jardinage !

Èdité par : Roseraie Guillot
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Vue : 2 412
0 commentaire
Laisser un commentaire