1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Vue : 13 025

Il y a peu, nous vous présentions deux maladies fréquentes des rosiers : la maladie des taches noires et l’oïdium. Mais ces deux problèmes ne sont pas les seuls à troubler la santé des rosiers. La rouille et la chlorose sont deux autres maladies de rosiers qui doivent être traitées rapidement.

Des solutions préventives contre la rouille et la Chlorose

N’oubliez pas que pour éviter tout risque de maladie et de contamination, les conditions de culture de vos rosiers doivent être optimales. Veillez à bien planter vos rosiers dans un sol léger et neutre, à un endroit ensoleillé et bien aéré. Évitez les sols calcaires et la culture en bac.

Si vous n’avez pas assez de temps pour vous occuper de vos rosiers, choisissez des rosiers contemporains, comme la rose Blanche de Castille® par exemple, beaucoup plus résistants aux maladies ou des rosiers couvre-sol de la gamme Décorosiers®, très résistants aux maladies.

La rouille des rosiers

La rouille est une maladie cryptogamique (due à un champignon) qui se repère facilement à cause de la chute précoce des feuilles. Elle ressemble à des petits boutons poudreux et oranges sous les feuilles. Elle peut aussi prendre la forme d’auréoles rougeâtres. La rouille est difficile à éviter car elle se transmet au gré du vent, du printemps à l’automne.

La rouille se répand plus facilement par temps humide. Elle provoque une chute des feuilles.

Pour éviter tout risque de contamination, isolez les plantes sujettes à ce champignon, comme par exemple la rose trémière. Cette dernière peut aussi vous servir d’indicateur: si elle est atteinte, c’est que le champignon est là !

Comment lutter contre la rouille ?

  • Enlevez immédiatement les feuilles malades et éliminez-les.
  • Ne laisser pas de feuilles au pied du rosier ou le champignon risque d’hiverner.
  • Aspergez vos rosiers avec une décoction de prêle (riche en silice). Elle va aider votre rosier à lutter contre les maladies. C’est un reminéralisant.
  • Aérer bien vos plantations; éviter le confinement.
  • Nettoyez vos outils avec de l’eau javellisée.
  • Arroser le matin au pied.
  • Réaliser un traitement à base de cuivre (bouillie bordelaise) dès les 1ers symptômes.
  • Nourrissez votre rosier à l’automne (compost, engrais organique). Nourri, un rosier lutte mieux contre les maladies.
traiter la rouille Rosier
Voici un rosier contemporain, le Bella Roma, en parfaite santé.

La chlorose du rosier

traitement chlorose
La bonne santé du feuillage d’un rosier vous indique si le rosier est sain, dénué de maladie. Ici, le rosier ancien et arbustif Salet. 

Si le feuillage de vos rosiers s’éclaircit, jaunit petit à petit jusqu’à devenir presque blanc, c’est qu’il a été contaminé par la chlorose. La cause : votre rosier est déficient en fer à cause du sol qui est soit trop lourd, soit trop calcaire.

Faîtes donc attention à la nature de votre sol, c’est la seule façon d’éviter cette maladie. Si vos rosiers souffrent de cette carence, ajoutez régulièrement du fer (solution « anti-chlorose » en jardinerie) dans l’eau d’arrosage.

Attention, un rosier carencé en fer plusieurs années, finira par mourir. En revanche, s’il est nourri suite à une carence passagère, il  remettra rapidement.

Par quels moyens agir ?

  • Un apport de compost annuel permet d’éviter ce type de carence.
  • A défaut de compost, orientez-vous vers un engrais organique acheté dans le commerce.
  • Faites une analyse du sol et améliorer la nature de votre sol si besoin: si la terre est trop calcaire, acidifiez là en y apportant de la tourbe.
  • La chlorose peut aussi être due à d’autres carences en oligo-éléments. Apporter en fin d’hiver un engrais riche en oligo éléments et notamment riche en fer et magnésium.
Èdité par : Roseraie Guillot
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Vue : 13 025
2 commentaires
Commentaires
  1. J’ai planté un rosier Pierre de Rondard dans un pot en Ardèche du sud. Il a été abondamment arrosé ce printemps (pluie++) il est devant un mobil-home qui sera loué en juillet et août . À quel rythme et quelle quantité dois je demander aux locataires de l’arroser. Merci

    (Répondre)
    1. L’arrosage est primordial la première année et il vaut mieux être régulier que de faire des gros arrosages espacés.
      Pour le rythme et les quantités, si votre pot n’a pas de réserve et selon sa taille qui est un facteur déterminant, 2 à 3 fois par semaine.
      L’équipe Guillot

      (Répondre)
Laisser un commentaire